Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 14:26

J'ai trouvé ZE spot de waterline à Lyon! Il est situé dans un parc très connu, l'eau y est juste crade, c'est à dire propre comparé aux standard rhôdaniens. Enfin si ça se trouve je suis mauvaise langue mais qu'est ce qu'on s'en fout: le but n'est pas de tomber (quoi que par cette chaleur...) Slackline 0025

Seul problème: les volatiles. Qu'on ne s'y trompe pas, dans ce parc on trouve des canards, des cygnes, des oies, des poules d'eau et même des rapaces. En fait le truc qui risque de poser problème c'est les poulets. Ils viennent déjà nous faire chier quand on pose un hamac alors une slack au dessus de l'eau...

Slackline 0026

Mais franchement le spot est trop parfait pour qu'on ne tente pas le coup. On est déjà deux motivé pour le tenter. Un peu de préparation sera nécessaire. Pas la peine de se ramener comme des fleurs et monter ça si c'est pour se faire éjecter du parc avant d'avoir pu mettre un pied dessus. J'irais moi même récupérer des infos sur les rondes dans le parc, les points de vu d'où on peut nous voir (et comme vous pouvez le voir sur cette dernière photo c'est quand même vachement exposé à la vue du badaud)

Slackline 0030

Pour le passage à l'action j'aimerais bien qu'il y ait un ou deux photographe/caméraman. Franchement c'est pas un truc qui mériterais d'être immortalisé?

Si vous voulez être de la partie et/ou que vous avez des idées, envoyez un mail

 

Ca va envoyer du gros!

Repost 0
Published by Le Rem's - dans Slackline
commenter cet article
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 18:26

 

Il y a une semaine se tenait à Millau la 3è édition des Natural Games. C’est ce festival et les gens qui le font vivre qui m’ont indirectement amené à faire de l’escalade, il y a maintenant un peu plus d’un an en découvrant cette vidéo :

 

 


 

 

Les images de la voie ultime femme, plein gaz dans une proue surplombante magnifique m’ont mis mes premières fourmis dans les avant bras. J’ai pu me déplacer pour la 3è éditions il y a une semaine, mais ce n’était pas pour l’escalade…

Donc jeudi 25 juin je débarque à Millau grâce à mes cousins et amis Arnaud et Romain. Si j’ai avec moi slackline et matos de grimpe, eux, ont permis et voiture et leur motivation est surtout de se casser de la ville pour voir du paysage. Moi, je suis tout égocentré car je suis venu relever un grand défi (grand en comparaison avec mon petit nombril) : faire mes premiers pas en highline ! Et putain j’en aurais rêvé de cette highline en m’entraînant au sol, je l’avais tellement traversée en pensée qu’à l’approche de la date je me sentais parfaitement capable de le faire. Franchement c’était un peu con, je n’ai même pas suivi mon petit adage maison : « Être prêt à tout et ne s’attendre à rien. » IMGP6702

Quand nous sommes arrivé jeudi après midi sur le site du Boffi, c’était pas la grande forme. Vous savez, on réussi toujours mieux ce genre de défi quand on vient de décrocher un rencard avec Scarlett Johanesson, qu’on a trouvé un job dans la boite de ses rêves ou bien qu’on a enchaîné son premier 7a à vue. Bon, en gros rien de tout cela n’était récemment arrivé ni à mes couz’, ni à moi et aucun parfum de performance ne flottait dans l’air. Qu’à cela ne tienne, j’étais venu pour essayer pas pour envoyer la king line de 85m à vue. J’enfile mon baudrier, j’enlève mes chaussures et je viens me caler au départ « découverte » baptisé Bunny Line : 12m de long pour environ 15m de hauteur.

Je salue les quelques slackers déjà présent et laisse passer un gars devant moi. Il envoi la slack à l’aise, sans trembler. Au deuxième aller retour je me rends compte que sa longe de sécurité est accrochée aux passants de son jean. Le troisième aller retour se fera en solo intégral. Une demoiselle me rassure « Don’t worry, Jan is very steady when he free solos. » Ok ben j’ai aucun worries à me faire alors… Je me force à regarder, crispé comme si c’était moi sur la slack, mais effectivement aucun déséquilibre ne vient ponctuer sa traversée. Bon, c’est mon tour maintenant, je m’encorde  à la slack et à califourchon je m’éloigne de deux bons mètres du bord de la falaise…

IMGP6716Deux jambes dans le vide. Je monte le premier pied sur la slack. Appel d’air. Je vacille légèrement. Tout en tentant de respirer normalement, je monte avec d’infinies précautions mon deuxième pied. Mon regard est collé à la fin de la slack, au lustré du linelock. De l’autre côté, on m’encourage en anglais « Come on ! Just go for it ! » Ben voyons… Quand j’étais ado Nike en avait fait son image : « Juste fait le. » Une idée simple… dans la pratique j’ai l’impression que cela revient à déplacer des montagnes. Au bout d’une minute assis le regard fixe, j’hallucine : la falaise autour de l’arrivée est devenu bien trop lumineuse. Je redescend prudemment mes jambes et repose mes yeux quelques secondes.

Il me manque quelque chose, la fille avec qui j’avais discuté quelques minutes avant me le donnera, elle s’appelle Faith. Tout ce dont j’avais besoin pour déplacer des montagnes (ça ne s’invente pas J) Alors que je me remet en position de départ, je l’écoute : « Come on, you can do this ! Stand up ! » Je suis autant aspiré par le vide que par le sens de ces mots. Quelque chose résiste encore : « Fuck… » (oui quand je suis entouré d’anglo-saxons, je jure en anglais :p) la réponse ne se fait pas attendre « There is NO fuck, stand up ! »

A partir de là je ne me souviens plus de mon état d’esprit, juste des faits. Il m’a fallu quatre essais pour marcher. Je tombe quatre fois ; accroupi, puis debout, puis après mon premier pas, et enfin je traverse, un mètre, deux, trois… un déséquilibre, un mouvement brusque et la slack se met à vibrer sous mes pieds et jusqu’au sommet de mon crâne. Ce larsen finit par avoir raison de ma volonté… Suspendu, je grille mes dernières cartouches en me hissant au leash et en finissant la traversée en cochon pendu. IMGP6723

Voilà, peut être que je rêvais d’envoyer cette highline et d’épater la galerie en enchaînant sur celle de 22m mais en réalité j’étais venu pour repousser une limite et je l’ai fait. Le lendemain j’étais de nouveau là, et malgré les encouragements d'un charmant duo de grimpeuses, seul dans le vide je n’ai pas trouvé l’engagement qui m’aurait remis debout sur le fil.

Finalement en une petite heure j’ai appris deux choses très importantes sur moi. D’abord, le soutien des autres est inestimable et ce serait commettre une grosse erreur que de vouloir partir seul au devant de mes peurs. Deuxièmement, ma plus grande peur n’est pas de tomber ou de me faire mal, ce n’est pas non plus le vide en lui-même, c’est la crainte de faire l’expérience de la Peur, la panique, quand chaque cellule de notre corps nous dit que nos chances de survie sont épuisées. Je n’ai pas envie d’avoir un jour ce genre de cicatrice, même si je soupçonne que le savoir qui en découle est rare et précieux… à condition de pouvoir encaisser le choc.

Vous trouverez d’autres clichés dans mes albums photos. J’ai pris la liberté de ne pas mettre les images de solo intégral. Chacun est libre de repousser ses limites là où il le souhaite mais je ne veux pas participer à en faire quelque chose de spectaculaire, au sens premier du terme.

Prochaine étape : tendre ma propre highline, et la traverser avec mes amis.

See you later crazy highliners :D

IMGP6755

Repost 0
Published by Le Rem's - dans Slackline
commenter cet article
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 13:24

Note: j'ai écrit cette note une semaine avant les natural games donc il y a plus de deux semaines. Désolé pour l'abscence


Nous sommes samedi, il est 19h, il a plu toute l'aprèm' et le sol doit être détrempé mais j'ai très TRES envie d'aller slacker. C'est impérieux, il faut que je m'entraîne, parce que c'est pas en m'imaginant faire le malin sur une highline à mon premier essai que je ferais le malin sur la highline à mon premier essai!

Alors c'est parti. Direction parc de Parilly non sans avoir passé un coup de fil pour vérifier que mon cher ami slacko-grimpeur est toujours aussi flemmard que d'habitude. Yan tu te reconnaitras et tu pourras rétorquer (à raison) que quand on passe un coup de fil un samedi soir après une journée pluvieuse pour aller slacker au parc qui est "grave loin" de la Guillotière, il faut s'attendre à une réponse négative.

D'abord je m'en fout tout seul y a plus de chance de voir des lapins au parc... :D

Bref, je flane, passe devant le château d'eau en réparation et a une furieuse envie d'aller voir si la vue est belle de là haut. Deux minutes de discutions avec le vigile m'apprendront que l'endroit est surveillé jour et nuit par deux gardiens. Si un jour je me met au nin justsu j'irais peut être... Mes chaussures sont trempés quand je trouve un bon 30m entre deux arbres, aux dessus des fraises des bois (mutantes et toxique parait-il, moi je les ait juste trouvées croustillantes et insipides) Passons sur la session qui n'a duré qu'une trentaine de misérables minutes. Pourquoi? Parce que putain c'est plus compliqué que ce que je pensais de tendre 30m de slack tout seul! C'est pourquoi je vous propose quelques menus conseils pour gagner du temps sur le montage d'une pitite longline perso.

1) Les poulies!

Pour ne pas passer un quart d'heure à démeller vos poulies et peut être même à force de d'énervement décider de refaire passer la corde dedans dans le bon ordre, il y a UNE précaution à prendre à la fin chaque session: réduite la distance de corde entre les deux au minimum et lover le reste. Au montage vous détecterez les torons/torsades/twists rapidement et facilement et il n'y aura plus qu'à déployer le tout.

Deuxième point: Soyez généreux sur la longueur de corde fixe passant dans les poulies. Rien de plus énervant que de moufler 20cm par 20cm pour finalement démonter le linelock et remonter le tout.

2)Les élingues!

Avez vous remarqué que si la slack est détendue les élingues ne tiennent pas toutes seules à la bonne hauteur sur les tronc lisses? Ca peut paraître évident mais s'il n'y a personne pour la tenir à hauteur voulue en attendant d'installer le line lock et de tendre, ça peut devenir super pèt' glawi. Donc dans un PREMIER TEMPS: tendez juste ce qu'il faut la slack pour que les élingues tiennent. Dans un DEUXIEME TEMPS, mettez les élingues à la bonne hauteur. Et dans un TROISIEME TEMPS: allez tirer comme un gros bourrin sur le système de mise en tension, moufflez, double moufflez etc...

3) Le rangement du matos
Prévoyez une lampe frontale pour démonter le matos de nuit et ainsi prolonger la session jusqu'au dernier moment. De plus cela évite d'oublier votre bel autobloquant ropemen tout neuf perdu entre une feuille de chêne, un lapin et trois fraises de bois.

Bon slack!


A venir, la petite histoire de Rémy qui découvre la highline aux Natural Games de Millau. A tout bientôt

Repost 0
Published by Le Rem's - dans Slackline
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 11:34

Journee-de-la-slack 0586

Un soleil blanc passe à travers la fenêtre. Je me soulève avec un grognement mi tête-dans-le-cul mi "back-among-the-living". J'aimerais m'osthéopathiser le cou maisma main-oreiller n'a pas encore retrouvé de sensations. Faut la secouer sinon les globules ils restent en bas! (Mouahahaha....) J'inspecte un jus de pomme douteux et me rabat sur une bouteille d'eau que j'attrape au troisième essai. C'est pas chez moi ici, mais tout le monde dort. Pas faim, pas de motiv' croissant. Juste envie de poser mon smile de la veille sur le papier, euh la toile, enfin les bits... P***** de technologie impersonnelle, un jour je ferais un blog épistolaire écrit à la plume...

 

Journee-de-la-slack 0581

 

Journee-de-la-slack 0601

Les smiles d'hier, ils sont à base d'équilibre sur un pieds ou deux, sur 5m ou 25m de longueur, à base de réussite et d'échecs, de pain-vin-saucisson-fromage sur l'herbe et de pleins de gens de bonne humeur: bambins, parents, ado/adulescents... Hier c'était la journée de la slackline à Lyon. En tout 8 sangles plus ou moins longues et larges et tendues pour autant de niveaux différents traversaient le petit parc de Bellevue.

 

Oups dans mon brouillard j'ai oublié de préciser l'info la plus importante: Une asso' de Slackline a vu le jour à Lyon, elle s'appelle Eki-Libre et j'appelle tous les curieux, intéressés, aspirants, apprentis, confirmés, experts, maîtres, retraités de la slackline à se joindre à l'asso!

 

 

 

Journee-de-la-slack 0597

Léo, qui est un des trois mousquetaires de la slack a avoir mis sur pied Eki-Libre avait organisé les slack par difficulté

comme au ski: piste verte à noire. Et tout le monde y a trouvé son compte. Léo est le spécialiste des transferts entre slack, quand je le vois faire je me dis que j'ai trouvé un monkey collègue. Les enfants et les amis qui ont découverts la fameuse sangle molle ont kiffés (Gros bisous à Camille et Eddy, et pis à Gromath et Gaëlle qui ne sont passé qu'en coup de vent malheureusement). Enfin, comme clou tordu de la soirée: nous devions tendre ma slack de 50m, et à mon grand dam' et celui d'Enzo qui cherchait de nouveaux défis, la pluie, la nuit et le doute quand à la solidité des arbres nous a fait renoncé. Ce n'est de toute façon que partie remise! (50m HAHAHA!!! 50m HOUHOUHOU!!! 50m MO-TI-VÉ!!!!!!)Journee-de-la-slack 0611

 

Le reste de la soirée se perd dans un maëlstrom de vieille chanson française                        sentant bon le renfermé, de vin rouge trop jeune, et de cigarette recueillies dans                      les boites à mégot (on est pas des vandalistes des pelouses nous!)

 

Journee-de-la-slack 0622

Pour finir, un grand merci à Léo, Enzo et tous les gens qui ont monté le Bellevue Festival et la Journée de la Slack, d'une part pour l'organisation, et plus personnellement pour m'avoir embarqué dans leur passion. 'Roh bisous à vous!

Pour plus d'images, allez voir le PREMIER ALBUM PHOTO DU BLOG (champagne! )

 

Oh! J'allais oublié, si un jour la slack semble ne pas vouloir de vous et vous vous retrouvez invariablement le cul sur la pelouse, faîtes le plein de sérénité et de concentration en écoutant ça.

 

 

Initialement, je voulais mettre "Sleepy Seven" de l'album Animal Magic  de Bonobo mais il est pas dispo sur Deezer, trouvez le par vous même, c'est de la paix intérieur en barre tout comme ce remix de Gorillaz. Bon j'entend les collègue qui se lèvent. Je vais mettre un futal quand même... et aller, va pour la motiv' croissant pain au choc' 

Repost 0
Published by Le Rem's - dans Slackline
commenter cet article
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 19:31

Slackline 0287-copie-1

C'est Noël en plein moi de mai! Je viens de recevoir un colissimo signé Slack.fr

A l'intérieur, double poulies, corde fixe, elingues "tree-friendly", mousquetons ovales à vis, et... CINQUANTE METRES DE SANGLE!!!

Et là vous devez vous dire, "pour s'acheter un kit avec 50m de slack il doit déjà pas trop mal maîtriser!". Mais en fait pas du tout! Le Rémy usuel ayant une très nette tendance à avoir les yeux plus gros que le ventre, il achète le meilleur matos cash après avoir traversé sa première sanglounette discount sur une huitaine de mètres.

Dés le premier essai j'ai pris une grande claque. Que ce soit sur 10 ou 20m, son comportement est élastique, et réagi a chacun de mes appuis. Excellent pour le surf mais attention aux retour de sangle quand on tombe du milieu de la slack!

Slackline 0482CIMG5660

Pour ce qui est du matos,

LES POINTS +++

Les élingues, bien resistantes et longues, qui n'âbiment pas les arbres

Le line lock, pratique, facile d'utilisation, LE point à ne pas lâcher des yeux (quand on l'a en face hein...) en longline parce qu'il est tout brillant (un petit bijou je vous dit!)

Le sac de transport bien classe.

Les conseils des gars de Slack.fr sur leur site et par téléphone (Merci Charles! )

LES POINTS - - -

Besoin d'un système autoblocant (du type mini-traxion petzl) pour tendre les 50m.

En tendant la slack seul avec un renvoi en plus des double poulies, le frein de la poulie fini par lâcher du mou. Etrange car il est censé supporter à lui seul 900kg. Embêtant  car à force de répétition ma corde fixe est déjà molle en plusieurs endroits. Serait ce la provenance des poulies (Slack.fr a du en commandé à des confrères car il y avait rupture de stock) ou bien le diamètre de la corde fixe trop faible (11mm)? Dans tous les cas, ne pas oublier de faire des têtes d'alouettes bien serrées avant de monter sur la sangle.

Par ailleurs cette corde a tendance à aller se loger entre la structure de la poulie et le roulement. Cela n'arrive que quand le système est détendu. Attention à ne pas tirer comme un bourrin si vous n'avez pas vu que la corde était coincée. La seule chose à faire ensuite serait de couper...

 

CIMG5655

BILAN (provisoire)

Slack.fr fait bien son boulot en proposant du matos spécifique de qualité qui est une excellente alternativeau bricolage de sangle décathlon. Comme la discipline est relativement jeune et a explosée tout récemment, la plupart des équipements proposés proviennent de domaines différents (escalade, je devine cirque/élaguage pour les élingues...) mais certaines pièces spécifiques (linelock, banana, double poignée, et le fameux CHILL) méritent de considérer l'achat même si on est un adepte de l'artisanal.

 

Personnellement, j'aime acheter directement à ce genre de petite entreprise qui essaie de faire leur business en partenariat avec des passionnés pour leur permettre de vivre de la slack et d'aller envoyer du gros partout!

 

Ensuite je garde ma slack artisanale discount car elle est parfaite pour s'initier et pour se perfectionner en figures et jump (plus large, plus confortable pieds nus, moins souple pour des impulsions plus maîtrisées...)

 

J'essaierais de vous ramener des jolies photos et qui sait, si j'ai du temps et du matos, de jolies vidéos. Mon objectif est de traverser à l'aise les 50m avant les Natural Games (du 24 au 27 juin) pour tester ma première highline. En attendant, bon courage à tous dans vos quêtes d'équilibriste

Repost 0
Published by Le Rem's - dans Slackline
commenter cet article

Recherche

Archives

Catégories