Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 18:24

(pour votre confort de lecture, n'hésitez pas à agrandir le texte en utilisant la commande "Ctrl" + "roulette de la sourie" pour windows et "Cmd" + "+" sur mac)

Grosse période de vide sur ce blog. 1 an et 115 jours. Pourtant l'écriture est restée présente en permanence dans mon esprit. Les mots se sont accumulés sur le papier, dans mon ordinateur et dans mon dictaphone, comme autant de bouteilles de vin dans une cave. Tout ceci ne demandait qu'à se déverser sur l'internet, mais le langage est bien capricieux et je m'en voudrais de vous livrer des mots sauvages, imprévisibles, qui vous sauteraient à la figure.

Trève de réflexions réfléchissantes qui risqueraient de m'éblouir moi même et de vous lasser immédiatement, vous renvoyant à des vidéos de chats, de boobs ou des deux1. Tout ce dont je veux vous parler ici, c'est de la vie en barre (rocheuse de préférence), de l'expérience condensée (mais pas forcément sucrée), du vécu lyophilisé.

Suivre Pieds-Mains-Tête vous donne droit à des récits de sorties pleines natures qui collent la banane, à apprendre l'existence d'un bouquin intéressant que je vous donnerait peut être envie de lire, à mes conseils de vadrouilleur bons et moins bons d'ailleurs, à vous de faire le tri. On parlera probablement technique, entraînement; comment partir bon pieds, mains agiles et esprit à pourfendre du doute en granit. J'essaierai d'y mettre une jolie forme, ce qui risque rendre le message un peu flou car j'aime écrire pour ne rien dire... Mais comme j'aime aussi être lu, je vais faire des efforts pour caser deux ou trois trucs intéressants.

Maintenant parlons de changement de style de vie, de suivre les indices pour aller au bon endroit au bon moment, et enfin, de ce qui (nécessairement) pimente ce genre d'expérience.


SACRILEGE: J'AI ACHETÉ UN ENGIN A MOTEUR

Et oui, moi qui passe mon temps à me déplacer partout à pieds zé mains, grace au vent, à la gravité, dans des endroits incongrus. Moi qui dédaigne le wakeboard, le jetski, le quad et la motocross, ces sports bruyants où la pétromécanique se substitue à la force brute du rider. Oui, moi, j'ai acheté une machine qui fonctionne par embrasement de pétrole raffiné. Mais pas n'importe quelle machine car derrière le moteur il y a un volant et trois place et que derrière ces trois places il y a une charmante petite maisonnée qui me suis partout.

15092013-IMG 1496

Deux ans que j'avais rangé ce projet dans un coin de ma tête. Depuis le début de mes études dans les sports de pleine nature: "Bientôt j'aurais un fourgon aménagé et je passerais un maximum de temps dans la nature." Et bien cette maison sur roue est arrivée comme une providence. J'ai cherché une demi heure sur internet et la première annonce intéressante était à proximité, dans mon budget et honnête! Une Excalibur qui m'attendait dans le rocher je vous dit! Alors je suis allé la voir avec mon ami et maître Jedi Robin. Je le remercie beaucoup de m'avoir mis en confiance pour l'achat de ce Trafic. Je cite.

"Renault, tous les jours un bruit nouveau."

Ou encore "Qui part en Renault revient en vélo."

On a rigolé et au final ça m'a bien rassuré que son regard évaluateur soit présent pour l'achat de mon premier véhicule. Ca fait 4 mois que je l'ai et il m'a déjà rendu de fiers services. Un trip de trois semaines en Corse, un séjour vers la Sainte Victoire puis à la falaise de Châteauvert. Et c'est grâce à cette grosse dose de liberté que ma saison hivernale prend une tournure des plus intéressantes... mais nous y reviendrons.

 

23092013-IMG 1520

C'est euphorisant d'avoir un véhicule-maison. Une fois les contraintes financières calculées et planifiées on peut partir où on veut, quand on veut. Je me rappelle ce moment où je restais à Lyon pour retaper l'intérieur, pimp my interior. Un mois entier sans bouger de chez mes parents, un choix qui m'a pesé un peu, car je m'étais interdit de partir avant d'avoir fini les travaux. Durant cette période je l'ai sorti une seule fois. Un petit trajet jusqu'au parc. Le simple fait de tenir le volant avec le matos de slackline à l'arrière: sourire et regain d'énergie pour finir le boulot!


SUIVRE LES SIGNES DISAIT PAOLO, paragraphe pour galériens de la recherche d'emploi

L'Alchimiste n'est pas un bouquin qui m'a transporté, mais je l'ai lu jusqu'au bout. Je me souviens néanmoins de ce qu'écrivait Paolo Cuehlo sur "les signes". Je n'ai pas le livre pour citer, mais grosso modo, en mode Paolo Coelho, ça donnait ça: "Soit attentif aux signes, ils te guideront sur le chemin de ta vie blabla..."

Voici comment ça s'est passé en pratique pour moi...

J'ai cette habitude de vouloir changer mes habitudes très souvent. Après deux saisons fort plaisantes aux Karellis, j'aspirais à plus d'espace, plus de rencontres! J'ai commencé par cherché du boulot en tant que skiman, pour me rapprocher du ski, essayer plein de paires différentes, progresser et en faire un métier. On m'a claqué la porte au nez. Pas d'expérience, pas de taf. Le forum des saisonniers d'Albertville a été déprimant au possible (contrairement à l'année passée ou j'ai eu un job en deux entretiens). Pas grave me dis je, retour vers le boulot d'animateur, mon CV est basé là dessus.

Alors que le cafard de la recherche infructueuse me saisissait, se présente à moi un poste de responsable d'animation. Quelqu'un voulait me confier des responsabilités sur la base de dix minutes de discussions au téléphone! Et il insistait avec ça! chose que le cafard en moi jugeait impossible. Ca m'a foutu un de ces coups de fouet! Je suis passé du mode vieux cafard écrasé à celui de jeune marmotte fougueuse, j'ai paufiné un programme d'animation pendant des jours et... je n'ai pas eu le job. La faute à pas-de-bol, un ancien a rappelé au dernier moment pour me piquer la place.

Qu'à cela ne tienne, j'ai gardé les bons effets du coup de fouet et j'ai affiné ma stratégie: je partirais grimper et highliner avec mes amis et ferais confiance en ma bonne étoile pour plus tard. Ah! et puis quitte à ne pas être animateur, autant retourner explorer la possibilité du ski mais par un autre bout. Destination Aix-En-Provence pour une highline bien venteuse en compagnie d'amis slacklineurs bien mutants! Je me renseigne sur les stages de préparation à l'ambitieux diplôme d'état de ski alpin en buvant mon chocolat chaud au bistrot de Correns, commune voisine de Châteauvert, près de la falaise du Val Sourne (magnifique, merci Fred pour le plan!) et là, entre deux voies et un thé bien chaud BIM! Un signe!

22112013-IMG 1619

Coup de fil à un organisme de formation. Présentations: j'ai réappris à skier l'année dernière après de longues années de snowboard. J'ai la niaque pour préparer le DE de ski ou bien si c'est vraiment chaud le pisteur-secouriste. Je veux faire un stage pour m'évaluer et si ça le fait, partir sur une formation complète en faisant péter les économies. Le mec me propose un stage dès la semaine prochaine, il me prête une paire de ski, et il a peut être un plan pour un taf sur la station.

Inspiration. 

La station dont je parle c'est Tignes. Le mec dont je parle c'est Christophe Dejouy du CISM (Centre International de Sport de Montagne). Et le taf dont il a parlé... et bien aujourd'hui je suis engagé, et c'est skiman (et vendeur... mais aussi skiman! Vous avez suivi? Le truc que je cherchais au début mais où je m'étais résigné) 

Je n'aurais pu avaler d'une traite les kilomètress entre Avignon et Tignes sur un coup de feeling si je n'avais pas eu ma roulotte à moteur. Et là bas j'ai habité une semaine dedans, pas into the wild mais un peu into the cold. Comprenez que mon petit frigo ne fut pas très utile...


MOINS 26 DEGRES CELCIUS

Première chose à savoir à Tignes, il est interdit de dormir en camping-car ou assimilé durant toute la durée de la saison d'hiver. Selon les endroits, la police dispose de lunettes thermiques, impossible donc de jouer au mort s'ils tapent sur la porte du camion. Je me suis renseigné auprès de la police municipale, ils ont voulu me parler des raisons. J'ai arrêté poliment mais fermement la conversation. Je sais d'expérience qu'il n'y a que peu de dialogue possible entre un représentant de la loi et un aventurier en soif de liberté.

Interdiction de dormir dans mon van donc, mais pas avant le 11 décembre. Avant cette date Tignes est un havre de gratuité! En comparaison à l'espace hautement touristique et mercantile qu'elle devient par la suite. Je me suis donc offert ma première hivernale avec deux nuits  autour de -25°C.

27112013-IMG 1637-2

            1) Les avantages du camion en hiver 

- Avec la barbe de trois jours et le teint hâlé, rien de tel que d'habiter un camion pour assoir son image d'aventurier baroudeur. Je dirait même plus, à condition d'être propre et de "bien présenter", c'est une preuve de motivation pour d'éventuels employeurs.

-L'humidité se dépose et gèle sur les vitres de ton véhicule. Tu peux dormir au sec, pas besoin d'aérer. Peut être un peu quand même, surtout si vous êtes deux avec un chien et une plante verte.

- Tu es engourdi le matin et tu renverses le verre d'eau et la casserole que tu avais laissé traîner la veille? Pas de problème! Rien ne se renverse, tout a gelé.

- Dans le même registre, découvrez de délicieuses spécialités comme le beurre d'huile d'olive, le sorbet banane

- Tes repères dans l'échelle du froid vont changer. Tes amis trouvent que ça caille sévère? Grâce à ton expérience hivernal, tu leur réponds calmement: "Effectivement, le fond le l'air est frais." 

- Quand tu coupes les oignons ça pique pas les yeux! Mais attention, quand tu les cuits, ouvre bien les fenêtres...

            2) Un bref guide du petit glaçon en camion

Cette expérience a remis en question une partie de ce que je savais  sur le froid. Première chose: toute source de chaleur est précieuse!

 - Ne jete plus l'eau des pâtes, récupére la dans un thermos. Elle fera un bon bouillon (pensez kubor), ou au moins, elle restera liquide pendant 2 ou 3 jours en prévision pour la prochaine platrée.

- Si tu disposes comme moi d'un chauffage au gaz pour camping car type "Trauma", dès qu'il chauffe, profites-en pour câler en dessous le pyjama le soir, les chaussures de ski le matin (sinon impossible de les enfiler), la bouteille d'huile d'olive pour en faire fondre un peu, une banane pour pouvoir l'éplucher. 

- J'ai tenu les nuits à -26°C bien au chaud grâce au système 3 couches: polaire des pieds à la tête, sac de couchage -15°C et enfin, une couette. En fait, avec tout ça,  j'avais bien chaud! Avant de dormir, rajoutes dans ton sac de couchage ton téléphone portable (surtout s'il doit te réveiller), et tes fringues du lendemain matin.

- J'ai pu constater que mes placards et mon frigo gardaient plutôt bien la chaleur. C'est l'endroit où les légumes, l'eau et le nutella gelaient le moins vite. Note pour plus tard: en hiver, ouvrir placards et frigo quand je chauffe le camion, et les refermer le reste du temps pour y stocker les denrées qui ne doivent pas congeler.

3) Les désavantages du camion en hiver

Je pourrais en citer beaucoup bien sûr, mais ce ne serait pas un exercice très bon pour la santé. Allez, pour la route un petit bémol pour dire qu'il ne faut pas être flemmard pour tenter l'aventure. Car bien que le skieur soit content quand tombe une bonne épaisseur de neige fraiche, le ou la "camtareux(se)" doit à ce moment là retrousser ses manches. Merci à ma collègue de DEUST, Claire pour la photo de sa maison sur roue l'hiver dernier.

Camion-et-Chateauvert-0810.JPG

 

LA VIE COMMENCE HORS DE NOTRE ZONE DE CONFORT

Pourrait-on dire, hors de notre zone de confiance? C'est peut être pour cela qu'on aime autant les récits d'aventures, héroïques, fantastiques, ordinaires, humains. Une façon de vivre pour de vrai, en se projetant, sans prendre de risques. Pourtant c'est dans notre vie à nous que nous ressentons le plus profondément ce que cette expression signifie.

J'ai appris récemment l'existence d'une étude scientifique2. Elle révèle que lorsque nous menons une action qui nous fait du bien, cela nous est encore plus bénéfique si nous avons conscience des bienfaits de cette action. Autrement dit, aller courir me fait du bien, mais cela me fait encore plus de bien lorsque je crois que courir me fait du bien. Alors voilà, sachez-le, sortir de sa zone de confort, c'est prendre le risque de se faire vraiment du bien. Alors soyons attentif aux signes, et s'ils se révèlent à nous favorables, n'hésitons pas une seconde, partons à l'aventure.

 

Note de bas de page:

1) Je suis mauvaise langue, c'est vrai. Mais c'est mon blog alors j'fais c'que j'veux d'abord.

2) "Sur les épaules de Darwin", émission passant le samedi matin à 11h sur France Inter, dispo en podcast, voir en torrent

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Rem's
commenter cet article

commentaires

bob 21/12/2013 06:18


Great you have resumed your blog - much enjoyed catching up! Congrats for your perseverance and tenacity in dealing with adversity, maintaining a totally positive stance, indeed exploiting it to
your advantage!.  Your neg26c mobile home experience at Tignes is awe inspiring. Much looking forward to the next update

Damien 20/12/2013 15:47


Ayiii il est bien ton article et elles sont belles tes photos!
je suis super impressionné par la façon dont tu mènes ta vie ces temps ci! T'es une source d'inspiration brotha'


=)

Quentin Jaud 19/12/2013 21:48


Vive la liberté, Vive le froid et vive le contre-plaqué sans moquette bleue. Amen !


Sortir de sa zone de confort est le SEUL moyen de se sentir vivre ^^


 

flo 19/12/2013 20:42


Réééémyyyy !!!! Merci pour ces bonnes nouvelles ! Et ces bonnes vibrations gelées ! :D ! 


Comme disait je ne sais plus qui, il faut toujours suivre la petite idée folle qu'on a au coin de sa tête, car ce n'est jamais si fou que ça :) 


Plein de gros bisous pollués de Paris où les nouvelles du big wild font toujours du bien !!! ;) 

Mc Do 19/12/2013 19:39


Ça fait plaisir ton texte, à une interprétation près, je dirais "la vie commence hors de la zone de confort qu'on veut vous imposer" ;)

Recherche

Archives

Catégories